La maladie d'Alzheimer - Centre Médical Albert

Aller au contenu

Menu principal :

La maladie d'Alzheimer

Psychologie, approches thérapeutiques > Articles et documentation



Perte de mémoire récente:
Les personnes présentant un début de démence d’Alzheimer ont une perte de mémoire concernant les événements récents. C’est plus qu’un oublie c’est une incapacité à se remémorer un événement. Ils ne savent plus ce qu’ils ont mangé à midi, qui ils ont vu cet après-midi, ce qu’ils doivent faire demain…
Conseil neuropsy : afin de compenser ces pertes de mémoire, un agenda peut être mis en place afin d’y noter tous les rendez-vous, les contacts importants (médicaux et privés),… Pour les plus motivés uns sorte de journal de bord peut être mis en place afin de retracer les événements de la journée. Ils doivent alors y noter leurs activités (j’ai mangé des tartines, j’ai vu Pierre, j’ai pris mon médicament,…)
Difficultés dans les tâches quotidiennes

L’exécution de certains tâches quotidiennes, parfois exécutées depuis de nombreuses années, commencent à poser problème. Il peut s’agir des repas par exemple. Comment préparer tel aliment, quels ingrédients sont nécessaires, oublier d’allumer ou éteindre le gaz,…
Conseil neuropsy : pour aider les cuisinier(e)s, un livre de recettes peut être mis en place avec les plats couramment préparés par le patient. Ecrire les marches à suivre pour certains appareils : machine à laver, lave-vaisselle,…
Problème de langage
Un problème qui survient souvent avec l’avancée en âge et la démence est le manque du mot. Le patient cherche ses mots, fait des phrases confuses. Il devient difficile de comprendre le but et le sens de la phrase.
Conseil neuropsy : Il existe des catalogues ave des dessins d’objets ou d’animaux. L’exercice permettant de consolider le vocabulaire des patients et de les faire nommer ce qu’ils voient sur les images.
Désorientation spatio-temporelle

La démence accompagnée d’une désorientation spatio-temporelle. Le patient ne sait plus le jour, le mois, l’année, la saison. Il ne peut pas nommer la commune où il se trouve, où il habite parfois le pays dans certains cas plus sévères.
Conseil neuropsy : L’idéal est de poser tous les jours la question au patient afin de tenter de consolider ses réponses. Un calendrier peut également aider à se situer dans le temps (faire une croix chaque jour en se levant, noter la saison,…)
Jugement et prise de décision amoindris
On constate que les patients atteints de démences ont beaucoup de mal a prendre des décisions, à évaluer ce qui est le plus judicieux. On peut voir des personnes habillées très chaudement en été par exemple. Le plus souvent ces personnes sont anosognosiques c’est-à-dire qu’elles n’ont pas conscience ou qu’elles nient la situation dans laquelle ils sont. Ils minimisent leur perte de mémoire, les situations difficiles,…
Conseil neuropsy :
il est difficile d’intervenir sur cette partie des déficits. Toutefois on peut aider la personne dans ses choix. On peut amener des situations de la vie quotidienne en séance et demander au patient de quelle manière il faut réagir et l’aiguiller sur les bons choix.
Difficultés avec les notions abstraites

Les patients atteints d’Alzheimer ont du mal à interpréter et comprendre les notions abstraites. Par exemple, beaucoup de patient ont du mal à gérer un budget, à faire un virement, à connaître la valeur des choses.
Conseil neuropsy : on peut faire des exercices comme demander le prix de certains aliments consommés régulièrement (pain, fromage,..) ou on peut lui demander d’évaluer ses dépenses mensuelles (loyer, charges, médecin, loisirs,…). Sans que l’exercice soit vraiment précis on constatera tout de suite si des problèmes de gestion d’argent apparaissent (chiffres absurdes).
Egarement d’objets

A un certain stade la maladie on peut retrouver des objets dans des endroits insolites. Les clés dans le frigo, le linge dans la cuisine,…
Conseil neuropsy : Il s’agit de continuer à entrainer la personne en lui posant des questions de mise en situation de la vie réelle. Des séances à domicile peuvent aider pour se rendre compte du quotidien et des difficultés particulières de chacun.
Changement d’humeur et de comportement
On observe des changements d’humeur très rapide chez les patients déments. Parfois ils sont plus agressifs, parfois complètement apathique. Ils passent du rire aux larmes sans raison apparente. C’est souvent ce qu’il y a de plus dur à supporter pour la famille et les aidants avec le changement de personnalité. On ne retrouve plus la personne qu’on a aimé, qu’on connait.
Conseil neuropsy : surtout se faire aider. Cette situation est difficile, elle nécessite un soutien. Il faut prendre conscience de ses propres limites et demander de l’aide quand on se sent dépasser.
Changement de personnalité
En addition au changement de comportement on note un changement de personnalité. Ils sont plus confus, fermés, méfiants, apathiques et effrayés. Il devient plus difficile d’interagir avec eux.
Conseil neuropsy : Ici aussi il s’agit pour l’aidant de reconnaitre ses limites et de se faire aider. Dialoguer le plus possible et calmement. Quand il a peur, qu’il se méfie : parler doucement, ne pas s’énerver et expliquer qui on est, ce qu’on fait et dans quelle situation on se trouve. Toutefois il faut faire attention à ne pas infantiliser les patients qui pourraient le ressentir comme un dénigrement voire une agression.
Perte d’intérêt

La personne atteinte de démence perd son intérêt pour certains activités et à une tendance à l’apathie. Il n’a plus de motivation et devient passif.
Conseil neuropsy : ne pas hésiter à faire des activités avec le patient. N’hésitez pas à l’emmener aux activités qu’il aimait avant. Il existe beaucoup de centres de jour ou des ateliers de groupe qui sont bénéfiques et qui aide à lutter contre leur passivité.


Je tiens à souligner l’importance de la mise en place d’un suivi neuropsychologique. Il ne faut pas croire qu’une fois la maladie déclarée tout est fini, un maximum de choses peut être mis en place pour conserver le plus longtemps possible une bonne qualité de vie. En plus du patient, le neuropsychologue permet de conseiller et soutenir les aidants dans des situations souvent compliquées et douloureuses.

Jill Maes
Neuropsychologue



 
Retourner au contenu | Retourner au menu